F.A.Q.


  • EST-CE QU’UNE AUGMENTATION DANS LA RÉSISTANCE DE L’ACIER DE L’ARMATURE AMÉLIORE LE COMPORTEMENT MÉCANIQUE DU MUR?

    Quand on utilise l’armature pour maçonnerie pour contrôle de fissuration, la résistance de l’acier de l’armature n’a pas d’influence sur la quantité d’armature nécessaire, il faut uniquement tenir compte de l’aire de section transversale.

    Quand l’armature remplit un rôle structurel, le fait que l’acier soit plus résistant ne veut pas forcément dire qu’on peut réduire la quantité d’armature dans la même proportion, étant donné qu’à cause des exigences de quantité minimale, dans la plupart des cas, l’acier n’utilise même pas la moitié de sa résistance.

    Le paramètre de l’acier (dans les armatures pour maçonnerie) qui améliore le comportement mécanique du mur est la ductilité et non pas la résistance. Pour cette raison, dans les armatures pour maçonnerie que ce soit dans le cas de contrôle de fissuration ou de transmission d’efforts, il est préférable que l’acier ait un pourcentage élevé de déformation à la rupture (c’est le paramètre qui détermine la ductilité) à une résistance élevée.

  • COMMENT FAIRE UN RACCORDEMENT CORRECT?

    Il faut couper les bouts des fils d’acier transversaux.

    Il faut raccorder les armatures avec une longueur de 250 mm et une séparation entre les fils d’acier longitudinaux ≥ 20 mm.

    Pour respecter les normes en vigueur et pour un raccordement correct entre les armatures pour maçonnerie à treillis, il faut respecter les conditions suivantes: Longueur de raccordement: 250 mm (0,6 de la distance entre les pas du fil transversal). Distance horizontale entre les barres raccordées: 20 mm. Recouvrement latéral minimum des fils coupés: 30 mm (à l’exception des fils d’acier inoxydables).

    IMPORTANT: dans les bouts des armatures pour maçonnerie à usage structurel il faut qu’il y ait un concours de trois conditions indispensables: ADHÉRENCE, RECOUVREMENT et RACCORDEMENT.

  • COMMENT CHOISIR LA LARGEUR CORRECTE DE L’ARMATURE?

    Le recouvrement de mortier des armatures est une exigence fondamentale pour garantir la protection de l’acier face à la corrosion. Par conséquent, quand il s’agit de remplir cette exigence, les conditions de recouvrement ont une importance différente, en fonction de la finition de l’armature pour maçonnerie.

    Néanmoins, le recouvrement est une condition essentielle pour la transmission correcte des efforts par adhérence dans la zone du raccordement entre les deux armatures et cela est également valable pour toutes les armatures à usage structurel, indépendamment de leur finition.

    Pour que l’armature ait cette prestation, il faut respecter l´épaisseur minimum de recouvrement (au-dessus, au-dessous et dans les côtés).

    Le recouvrement latéral dans les zones de raccordement est indispensable pour que la transmission d’efforts entre une armature pour maçonnerie et la suivante se produise et cette circonstance doit être prise en compte au moment de choisir la largeur d’armature adéquate à l’épaisseur du mur. Si l’armature n’a pas un dessin spécifique pour le raccordement, on devrait utiliser des armatures moins larges afin de permettre le recouvrement latéral de tous les fils d’acier longitudinaux.

    N – LARGEUR NOMINALE DE L’ARMATURE

    R – LARGEUR RÉELLE DU RENFORCEMENT = N + 20 mm + Ø DU FIL D’ACIER LONGITUDINAL.

    Afin de garantir le recouvrement latéral minimum des armatures dans les zones de raccordement, il faudrait choisir l’armature la plus large qui respectera ces conditions: largeur totale du mortier ≥ R + 30 mm.

    Exemple: Pour un mur de 11,5 cm dans lequel la largeur totale du mortier serait de 11 cm l’armature la plus appropriée serait :

    Largeur totale du mortier = N + 20 mm + Ø + 30 mm. 110 = N + 20 + 4 + 30 N = 110 – 54 N = 56 mm ~ armature de 50 mm de large.

    La largeur d’armature la plus adéquate serait de 50mm pour un mur de 11,5 cm.

  • LA LARGEUR DE L’ARMATURE: A-T-ELLE DE L’INFLUENCE SUR LES PRESTATIONS DE LA MAÇONNERIE?

    L’armature prévue pour le contrôle de fissuration n’a pas besoin d’une largeur spécifique, étant donné que la seule chose qui compte dans ces cas-là c’est l’aire de section de l’acier.

    Par contre, la largeur de l’armature est très importante quand l’armature a une fonction structurelle, étant donné qu’en augmentant le bras mécanique, on accroît, dans la même proportion, la résistance à la flexion horizontale des murs de maçonnerie.

  • AMÉLIORE L’ADHÉRENCE LE FIL D’ACIER CRÉNELÉ?

    Le fil d’acier crénelé n’améliore pas l’adhérence de l’armature pour maçonnerie. Quand il s’agit de la transmission d’efforts très répartis à travers des barres de petit diamètre comme c’est le cas des armatures pour maçonnerie, les conditions d’adhérence dépendent plus du mortier que de l’armature.

    L’adhérence des barres crénelées est nécessaire quand la force transmise à travers la barre est très grande et cela n’arrive qu’avec les barres de grandes dimensions. Dans le cas des armatures pour maçonnerie commercialisées les chiffres sont très significatifs: deux barres avec un diamètre de 4mm peuvent transmettre, avec la sécurité exigée par les normes actuelles, au maximum, 10kN. Cette valeur est garantie par des essais faits avec des armatures lisses. D’un autre côté, le calcul montre que la valeur réelle de la force transmise à travers les armatures pour maçonnerie (dû au fait qu’il faut respecter les prescriptions de quantité minimale) est, dans le pire des cas, de l’ordre de la moitié.

    Par conséquent, l’armature crénelée n’a aucune prestation additionnelle par rapport à l’armature traditionnelle. Il est significatif le fait que la technique du béton armé apte pour transmettre de grands efforts, utilise des barres lisses quand elles ont un petit diamètre. Ce qui améliore réellement la transmission d’efforts c’est l’existence d’un recouvrement adéquat des armatures dans les zones de raccordement.

  • EST-CE IMPORTANT L’ADHÉRENCE DE L’ARMATURE?

    L’adhérence de l’armature, si elle est à treillis, n’intervient pas dans la transmission d’efforts entre le premier et le dernier noeud du treillis. La transmission d’efforts dans ces parties ne se fait qu’à travers les fils de fer diagonaux, même en absence de mortier (à cause de la géométrie de l’armature, indéformable dans son plan).

    Dans les parties où l’adhérence est réellement indispensable pour la transmission d’efforts c’est entre une pièce d’armature et la suivante, dans les extrémités où il n’y a pas de treillis. C’est pour cette raison qu’il faut que la longueur de raccordement soit proportionnelle à l’effort transmis et qu’il y ait un recouvrement adéquat dans ces zones.

    Afin de transmettre l’effort maximal que l’armature peut résister, une longueur de recouvrement de 250 mm (cette valeur est garantie avec des essais) est suffisante.

    Dans le but d’obtenir une transmission adéquate par adhérence dans les zones de raccordement, les fils de fer doivent être séparés entre eux, au minimum, une distance égale à leur propre diamètre.

  • EST-CE QU’UNE AUGMENTATION DANS LA RÉSISTANCE DE L’ACIER DE L’ARMATURE AMÉLIORE LE COMPORTEMENT MÉCANIQUE DU MUR?

    Quand on utilise l’armature pour maçonnerie pour contrôle de fissuration, la résistance de l’acier de l’armature n’a pas d’influence sur la quantité d’armature nécessaire, il faut uniquement tenir compte de l’aire de section transversale.

    Quand l’armature remplit un rôle structurel, le fait que l’acier soit plus résistant ne veut pas forcément dire qu’on peut réduire la quantité d’armature dans la même proportion, étant donné qu’à cause des exigences de quantité minimale, dans la plupart des cas, l’acier n’utilise même pas la moitié de sa résistance.

    Le paramètre de l’acier (dans les armatures pour maçonnerie) qui améliore le comportement mécanique du mur est la ductilité et non pas la résistance. Pour cette raison, dans les armatures pour maçonnerie que ce soit dans le cas de contrôle de fissuration ou de transmission d’efforts, il est préférable que l’acier ait un pourcentage élevé de déformation à la rupture (c’est le paramètre qui détermine la ductilité) à une résistance élevée.

  • QUELLE PROTECTION FACE À LA CORROSION EST-CE QUE JE DOIS CHOISIR?

    L’Eurocode spécifie clairement le type de protection face à la corrosion que doit avoir l’armature en fonction de l’environnement où elle va être posée:

    – Environnement intérieur–Galvanisé.
    – Environnement extérieur–Galvanisé+Époxy.
    – Environnement agressif– Inoxydable.

  • QUELLES ARMATURES SONT RÉELLEMENT ÉQUIVALENTES?


    À titre d’exemple on peut dire que, pour respecter les quantités minimales exigées par l’Eurocode et obtenir une maçonnerie armée afin d’éviter le risque de fissuration, il suffirait de poser de l’armature pour maçonnerie de 3mm de Ø tous les 60 cm.

  • UNE ARMATURE À ÉCHELONS AUX FILS D’ACIER APLATIS ET UNE ARMATURE À TREILLIS EN ACIER ROND: EST-CE LA MÊME CHOSE?



    Il ne faut pas confondre les concepts suivants: diamètre de fil de fer équivalent avec armature équivalente. Pour comparer les différents types d’armature pour contrôle de fissuration, il faut calculer l’aire d’acier d’armature qui traverse n’importe quelle section du mur. Pour une armature à treillis, on peut toujours compter la section de trois fils d’acier dans toute la longueur; par contre, pour une armature à échelons, on peut uniquement en compter deux. Par conséquent, pour remplir toutes les conditions minimales requises pour la maçonnerie armée, en ayant le même nombre de sections de fil d’acier équivalents, avec une armature à treillis, on a besoin de moins de quantité par mètre carré de maçonnerie. Par contre, quand l’armature a un rôle structurel pour résister aux actions latérales, la seule forme géométrique acceptable, c’est l’armature à treillis, car elle est indéformable dans son propre plan.

  • JE VEUX ARMER LES MURS AFIN DE PRÉVENIR LA FISSURATION, COMBIEN D’ARMATURE DOIS-JE METTRE?

    L’Eurocode détermine explicitement la quantité minimum d’armature pour donner à la maçonnerie de la ductilité et prévenir la fissuration. Dans ce sens, l’Eurocode détermine que la séparation verticale entre rangées armées ne dépassera pas les 60 cm et que l’aire d’acier ne sera pas inférieure à 0,03% de l’aire du mur. Cette mesure préventive (puisqu’elle apparaît dans l’Eurocode) peut aider à faire face à la responsabilité civile qui suit aux procès pathologiques produits par la fissuration des murs. Néanmoins, cette mesure, par elle-même, ne constitue pas une garantie à 100% de l’absence de craquelures.

    Ce qui est réellement effectif pour éviter les fissures c’est un bon dessin de la solution constructive qui évite les situations de risque.

  • POUR AMÉLIORER LES PRESTATIONS DU MUR FACE AUX ACTIONS SISMIQUES, JE VAIS UTILISER BEAUCOUP D’ARMATURE POUR MAÇONNERIE

    Pour l’action sismique, l’armature constitue une amélioration du comportement mécanique du mur car elle lui apporte de la ductilité. Néanmoins, pour les mêmes raisons exposées avant, on ne peut pas accorder à l’armature, par elle-même, des prestations en rapport avec la stabilité du mur. Pour que l’armature puisse intervenir dans le calcul sismique, il faut qu’elle soit accompagnée d’autres éléments de rétention tels que des ancrages attachés aux piliers.

  • POUR UN MUR TRÈS ÉLEVÉ, POUR QU’IL NE TOMBE PAS, JE VAIS UTILISER BEAUCOUP D’ARMATURE POUR MAÇONNERIE

    L’armature n’est pas un élément de rétention: un mur avec beaucoup d’armature, s’il n’est pas suffisamment attaché à la structure, il tombera entier (l’armature toute seule ne fera pas qu’il tienne debout). L’armature sans autres éléments ne donne pas de stabilité au mur; sa mission est d’accorder de la ductilité et, en conséquence, de prévenir les fissures. Si on veut que l’armature ait une mission structurelle, il est indispensable que le mur soit attaché aux piliers moyennant des ancrages.

  • POURQUOI EST-IL INDISPENSABLE LE MARQUAGE CE?

    En premier lieu parce qu’il est obligatoire pour les produits de construction qui sont installés de façon permanente dans un bâtiment. En deuxième lieu parce que le marquage CE, réalisé dans le cadre légal en vigueur avec l’application de l’Eurocode, suppose une seule garantie de qualité (de la part de l’État et non pas du fournisseur). En plus, il constitue la seule façon de vérifier que les produits qui sont incorporés au mur ont les prestations demandées dans le calcul. Il ne sert à rien de calculer s’il n’y a pas une valeur de comparaison pour le dimensionnement.